False Flag ? Réponse du M.I.T. suite à l’étude de l’attaque chimique d’Iblid (Khan Cheikhoun)

« L’attaque neurotoxique qui n’a pas eu lieu » rapport de T. Postol du 18 avril 2017 sur Khan Cheikhoun

[Rappel : Il s’agit de l’attaque chimique du 4 avril dernier dont Bachar Al Assad a été accusé par les pouvoirs euro-atlantistes sans aucune vérification et qui a provoqué la réponse immédiate et hors de toutes les règles internationales et sans consultation du Congrès US de Donald Trump.

Je vous rappelle au passage les longs sanglots et la diarrhée des médias à la botte ressortant le thème d' »Assad bourreau de son peuple » et les écoeurantes manipulations émotionnelles habituelles à l’aide de photos d’enfants.

Sur la base de ce rapport dont l’auteur est un scientifique estimé d’une des plus prestigieuses universités américaines,  nous pouvons conclure à l’instar de Bachar Al Assad qui clame son innocence que nous serions bien, une fois encore, face à un false flag. Les raisons ne sont pas claires et plusieurs hypothèses sont débattues.

Une conclusion cependant s’impose au regard des mouvements autour de la Corée du Nord, nous sommes dans un moment très dangereux pour la paix mondiale de notre histoire.]

Galadriel 

 

Ce sont les conclusions complémentaires d’un avis déjà donné la semaine dernière dans  une première analyse de Theodore Postol, professeur émérite en Sciences, Technologie et Sécurité nationale au prestigieux Massachussets Institute of Technology (MIT) (Harvard)  qui contestait le rapport déclassifié de la Maison Blanche paru le 11 avril. Il avait depuis augmenté son analyse d’un addendum et d’une nouvelle note réalisée à partir d’une vidéo.

Son dernier rapport vient de paraître le 18 avril et s’intitule « L’attaque neurotoxique qui n’a pas eu lieu: analyse de l’heure et des emplacements des événements importants de l’attaque neurotoxique présumée de Khan Cheikhoun en Syrie, le 4 avril 2017 à 07h00 »

Comme son nom l’indique, cette analyse se fonde cette fois-ci, sur l’étude des données spatiales (lieu de dispersion présumé du gaz et trajectoire du nuage ; lieu habité sur cette trajectoire ; lieu où se trouve les victimes sur les vidéos) et temporelles (heure présumée de l’attaque ; heure sur les vidéos) réalisées à partir des allégations du rapport de la Maison Blanche et des différentes vidéos en circulation depuis. Les conclusions de ces trois précédents rapports sont à nouveau confirmées : la Maison Blanche aurait produit un rapport de renseignement erroné et mensonger. Mais cette fois-ci le constat est sans appel : « l’emplacement présumé de dispersion du gaz sarin à l’origine de l’attaque chimique du 4 avril 2017 à Khan Cheikhoun n’est pas celui d’une attaque neurotoxique. »

Je vous propose ci-dessous la traduction en français de l’introduction et du commentaire final de ce document (les passages en gras sont à mon initiative).

« Introduction »

…/…

SUITE DE L’ARTICLE ET ACCÈS AU RAPPORT

http://reseauinternational.net/lattaque-neurotoxique-qui-na-pas-eu-lieu-rapport-de-t-postol-du-18-avril-2017-sur-khan-cheikhoun/

 

Articles similaires, enfin normalement...

Commentaires sont clos