Dictacratie et démocrature : l’étau se resserre de plus en plus

Est-ce ainsi que vous pensez la démocratie ?

Nous vous alertions récemment sur la corruption d’une justice au service et à la merci du pouvoir politique dans un article que je vous recommande de lire afin de prendre la mesure de la dérive en cours. Nous vous alertons également depuis des années de  la mainmise sur les médias, leur quasi unanimité alors que leurs tendances respectives devraient ouvrir des débats citoyens contradictoires.

Nous vous alertons incessamment sur toutes les obligations auxquelles l’on nous sommes de nous plier dans le cours de nos vies. Tout est normé, encadré, règlementé, de façon de plus en plus lourde, soit disant pour nous « protéger » contre nous-mêmes alors que nul de protège vraiment face aux monstres de la globalisation. Nous sommes traités comme du bétail, surveillés, fichés, contrôlés, dirigés, influencés et même carrément trompés pour nous obliger à penser dans le sens qui convient au système en place et punis sans indulgence si nous sortons un tant soit peu des clous… Grâce aux nouvelles technologies nous nous rapprochons sans cesse plus d’un monde orwellien.

La surveillance d’internet s’accentue avec les censures de Yahoo, Facebook , Google, Twitter et autres réseaux sociaux, sans parler du lamentable et ridicule Decodex…  Plus grave est le formatage des enfants à l’école de la République.  Et ce n’est que le début. Le temps n’est peut-être pas si lointain où des blogs comme les nôtres seront obligés de fermer.

« Une amende de 50 millions d’euros pour les ‘fake news’ »

Heiko Maas, le ministre allemand de la Justice, veut infliger des amendes pouvant aller jusqu’à 50 millions d’euros aux

réseaux sociaux qui ne seront pas assez rapides pour éliminer les contenus illégaux tels que les « fake news » et les

messages de haine sur leur site, rapporte l’Associated Press.

D’après sa proposition, ces entreprises devraient maintenir un service constamment opérationnel pour éliminer tous les contenus douteux, mais aussi leurs copies. Elles disposeraient de 7 jours pour le faire, et devront également publier un rapport de tous les contenus ainsi supprimés.

Maas veut aussi que les réseaux sociaux nomment une personne dans l’entreprise qui serait responsable du traitement de toutes les plaintes. Cette personne pourrait elle-même encourir une amende de 5 millions d’euros si son employeur échoue à remplir ces nouvelles obligations.

Maas veut intégrer ces propositions dans un projet de loi qui devra être approuvé par le parlement allemand.

La lutte contre les “fake news” doit être menée au niveau européen

Pourtant, selon Maas, des mesures devront être prises au niveau européen pour lutter efficacement  contre les «fake news» et les messages de haine sur internet.

Une recherche effectuée par le ministère allemand de la Justice montre que Twitter supprime seulement 1 % des messages signalés (« flagged ») par les utilisateurs. Ces utilisateurs signalent ces messages parce qu’ils ont un contenu incitant à la haine, ou qu’ils peuvent être considérés comme des «fausses informations». Facebook supprime 39 % de ces messages.

Le ministère de la Vérité

Mathias Döpfner, CEO du groupe d’édition allemand Axel Springer, avait déclaré la semaine dernière que les plans du gouvernement allemand de mettre en place une unité spéciale visant à lutter contre la désinformation sur l’Internet, étaient dénués de sens :

«Il est complètement absurde de penser que c’est la tâche du gouvernement, au travers d’une sorte de ‘ministère de la Vérité’ de décider ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Personne n’a le droit de définir ce qu’est la vérité,  le gouvernement encore moins que les autres. »

 

Source : Express.live via le Contributeur anonyme

SOURCE :

https://www.crashdebug.fr/informatik/93-securite/13379-une-amende-de-50-millions-d-euros-pour-les-fake-news

A VOIR AUSSI :

LA REVUE DE PRESSE DU JOUR

LES REFORMES ENVISAGÉES SONT DANGEREUSES POUR LES CHÔMEURS

 

 

 

 

Articles similaires, enfin normalement...

Commentaires sont clos