Le NOM serait-il derrière le chaos actuel ?

La reprise est difficile… Sortie du bain de l’information par une semaine très dense sur le plan privé et l’absence d’internet, j’arrive avec un œil relativement neuf, et ce que je lis, sur le plan international notamment  est assez chaotique, complexe, contradictoire  et j’avoue avoir du mal à faire le tri. Ce qui suit serait sans aucun doute classé comme une vision conspirationniste du monde par le Décodex.  Mais personne ne peut plus nier l’existence d’un puissant courant en faveur d’un Nouvel Ordre Mondial, soutenu ouvertement par de grands responsables politiques et d’autre part, que nous vivons une actualité qui, analysée sous cet angle, interroge et demande une réelle réflexion. 

Pour Trump, c’est, paraît-il la débâcle, l’état profond et le NOM auraient déjà gagné. Le « Trumpbashing » prend en Europe des proportions dantesques, jusqu’à Closer qui fait pleurer les chaumière en affirmant que la pauvre Méliana est « au fond du trou ». Aucun commentaire, aucune analyse ne lui épargne quoi que ce soit dans les médias mainstream, il suffit de faire une recherche d’articles en français sous son nom sur Google, et l’on obtient neuf pages de quasi dénigrement.  Mais ce n’est pas tout  : Le Saker (qui vit aux US) et qui jusqu’à présent s’est montré plutôt neutre dans ses analyses titre : « C’est cuit, les gars ».  Plus généralement, les US sont en difficulté, déchirés entre un président dont on lie les mains et une opposition acharnée qui oeuvre pour sa destitution. A lire cette presse, Trump serait isolé, sinon haï.  Bien entendu, un tel consensus laisse dubitatif et fait fortement penser à de la propagande.. Pliera, pliera pas ? Attendons la suite…

Et c’est là que ça devient intéressant : Le chaos Étazunien ferait partie du plan du Nouvel Ordre Mondial. Cela pourrait passer pour du pur complotisme, néanmoins l’analyse ne manque pas d’arguments : Une remise à zéro globale de l’économie serait en cours  pour permettre la mise en place d’un système économique mondial soutenu par une monnaie unique : Le Phoenix.  Cette monnaie avait été annoncée par la revue The Economist, la revue bien connue pour ses une prédictive du multi-milliardaire Rostchild  de janvier 1988 dans les trente ans à venir.

 

Nous y sommes presque, 2018, c’est demain.  Bien évidemment, The Economist n’est pas une revue prophétique, mais elle donne une bonne idée de la vision du futur d’un des hommes les plus puissants de la planète. Là aussi attendons de voir ce qu’il en est.

Dans la droite ligne des plans du mondialisme et pour revenir à des considération franco-françaises, Marine Le Pen pourrait bien, (malgré les apparences et les discours) être la candidate du système. Je rappelle qu’à propos de la couverture de l’Economist de cette année, elle fait partie des personnalités européennes mentionnées par la revue. (cf l’analyse sur ce lien) Les trois élections européennes majeures sont représentées par Merkel, Geert Wilder et MLP.  Bien sûr, cela ne prouve absolument rien : sa position victorieuse sur la carte concernée dit simplement que the Economist la voit comme sa candidate aux élections préférée.

Peut-être il y a-t-il un début d’explication dans cette analyse d’Emmanuel Leroy sur Algarath qui se pose cette question intéressante :  Pourquoi l’explosion en vol de Juppé et Fillon,  tandis que Macron perd peu à peu de sa crédibilité  ? 

Mondialisation 2.0 : Pourquoi le système pourrait jouer la carte de Marine Le Pen

…/…

A l’instar de ce qui s’est passé en Angleterre et aux Etats-Unis, on assiste indubitablement à un réveil des peuples exaspéré par les conséquences, hélas O combien prévisibles de la mondialisation, à savoir la paupérisation des populations occidentales et leur disparition programmée par les invasions migratoires.

Le Système, dans toutes ses composantes est parfaitement conscient de cette situation qu’il a engendrée mais, pour faire simple, on pourrait dire que les tenants de la mondialisation 1.0 ne voient aucune raison de changer une équipe qui gagne – ils tiennent les rênes du pouvoir médiatique, financier, culturel et politique et n’entendent pas laisser leurs places à d’autres -, alors que les partisans de la mondialisation 2.0 jouent à mon avis un jeu plus subtil où il serait intéressant de laisser un certain nombre de mouvements populistes prendre le pouvoir dans les pays qui sont le plus en pointe dans le rejet de la mondialisation – et la France en fait partie – de manière à leur faire porter le chapeau de la responsabilité de la crise financière inéluctable dont on repousse aujourd’hui l’échéance en créant artificiellement des masses monétaires virtuelles, tant à Francfort qu’à New-York ou Tokyo.

  1. Kissinger et ses mandants real-mondialistes, comme Mme Clinton et ses commanditaires archéo-mondialistes poursuivent le même but de domination mondiale, ce que leurs cousins Britanniques ont baptisé voilà longtemps Le Grand Jeu. Le but est toujours le même, parvenir à la gouvernance mondiale mais les règles du jeu ont changé. Fini le Monopoly, on revient au bon vieux Risk, ce jeu de stratégie bien classique et dont la parfaite maîtrise a permis aux Britanniques de dominer le monde jusqu’à la première guerre mondiale.

Dans la partie d’échecs qui se déroule en France, même si les divisions entre real et archéo-mondialistes ne sont pas aisées à discerner, on peut observer que les mondialistes 1.0, largement majoritaires dans l’oligarchie française, avaient joué dans un premier temps la carte Juppé. Comme ces gens sont généralement prudents, ils ne mettent jamais tous leurs œufs dans le même panier et ils avaient donc préparé une candidature de secours, normalement plutôt programmée pour l’élection de 2022 avec le bébé Rothschild, à savoir Emmanuel Macron.

Les real-mondialistes, fidèles à leur réorientation vers les conceptions géopolitiques de la tradition westphalienne ont sabordé la candidature Juppé (mondialiste 1.0) et poussé leur pion Fillon (souverainiste mais sans plus, relativement philo russe mais sans excès, un peu chrétien mais pas trop, favorable à un peu d’avortement et vice-versa, etc.), bref l’idiot utile parfait à qui on pouvait faire supporter la responsabilité de la future crise financière en déconsidérant tous les aspects positifs qu’il aura été censé incarner, le retour de la tradition, du christianisme, de la souveraineté…

Mais la lutte est âpre et l’envie de garder les bonnes parts du gâteau irrésistible, ce qui explique la sortie brutale des boules puantes sur les turpitudes de M. Fillon et de Pénélope, car au risque de décevoir les adeptes de la bien-pensance, oui, il s’agit bien d’un complot, car à qui fera-t-on croire que ces péchés véniels n’étaient pas connus depuis longtemps par Bercy, où officia un certain Macron. Donc oui, je crois que les archéo-mondialistes ont rendu la monnaie de leur pièce aux mondialistes 2.0 en faisant exploser en plein vol leur champion. Car n’en doutons pas, il ne se relèvera pas de ce chausse-trappe.

Comme le temps est compté jusqu’au premier tour de la présidentielle, il ne reste plus qu’une option aux partisans du real-mondialisme, c’est de jouer la carte populiste, avec les mêmes attentes qu’ils avaient avec leur joker anti-Système soft, sauf que là, le jeu devient plus risqué car, quoiqu’en pensent ses détracteurs, je suis assez convaincu de la ligne dure anti-Système de Marine Le Pen et de sa volonté sincère de restaurer la souveraineté de la France et donc d’être l’ennemie absolue de tous les mondialistes 1.0 et 2.0 confondus.

Ceux qui vont jouer la carte Marine, et il y a un certain nombre de faits signifiants qui commencent à indiquer que cette dynamique s’est mise en marche, savent très bien que celle-ci n’a aucune chance face à un Macron, ou même un Hamon. La seule voie qu’il leur reste est de pousser à fond la candidature Mélenchon pour espérer un deuxième tour où Marine Le Pen puisse l’emporter. Je ne serais donc pas surpris de voir dans ces prochains jours – cela a même commencé – une volée de boules puantes lancées contre Emmanuel Macron. Quant à ce deuxième tour inédit en France, entre un candidat trotskyste et une candidate souverainiste, il faudra juste se souvenir qu’il y a un lien ténu entre les deux et que ce lien s’appelle Patrick Buisson (voir ici et ).

Il n’est jamais aisé de faire des pronostics en politique, car tout peut arriver, y compris l’impensable, mais justement l’impensable doit être pensé.

Emmanuel Leroy

ARTICLE COMPLET ICI :

http://www.algarathselect.com/fr/mondialisation-2-0-systeme-jouer-carte-marine-pen/

Tout ceci n’est, je le répète, que des pistes non négligeables d’une réflexion globale. L’anti-européisme, l’opposition à l’atlantisme  montant, instabilité des États-Unis fait trembler un système établi depuis des décennies sur des bases perverses mais relativement stables qui donnaient une impression d’impuissance. Il s’agit de repenser l’avenir afin de ne pas quitter un piège pour le laisser sans réagir remplacer par un autre plus oppressif et plus dur encore..  Nous avons peu de temps devant nous avant que la fenêtre de tir ne se referme. Le peu de démocratie que nous avions est entrain d’être mise à mal. Prenons conscience de la gravité de la situation et des chausse-trappes que nous devons déjouer. Imaginer comme je l’ai lu, que les mouvements d’indépendance des peuples qui se manifestent prennent le système établi de court serait une naïveté qui pourrait nous coûter très cher.

Galadriel

 

Merci à Gwendoline pour les liens

 

Articles similaires, enfin normalement...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *