Le dioxyde de titane E171 : Une bombe à retardement ?

Tel était le titre choisi en 2011 par le magazine Que Choisir. (Cliquez sur le lien).  Mais les premiers soupçons confirmés depuis sur la toxicité du dioxyde de titane apparaissaient dès 2003. Quatorze ans plus tard, alors que ce colorant/opacifiant est utilisé sous forme de nano-particules dans de nombreux produits d’usage quotidien, nous en sommes toujours au même point.  C’est donc à nous de prendre des précautions. Vous trouverez quelques conseils pratiques en fin d’article. 

L’E171 – le dioxyde de titane est partout

Connu pour ses propriétés opacifiantes et pour être le plus blanc des pigments blancs, le dioxyde de titane est très utilisé dans le domaine de la peinture, de la papeterie, du plastique et de la céramique.

Notre alimentation n’est pas en reste, fromages, pâtisseries, chewing-gum, confiseries en contiennent pour séduire le consommateur.

On retrouve le dioxyde de titane aussi dans nos produits d’hygiène, savons, crèmes cosmétiques et dentifrices.

D’autres domaines comme le traitement de l’eau ( en tant qu’agent bactéricide), ou le milieu hospitalier (utilisation en tant que photo-catalyseur) montrent l’ampleur du phénomène TiO2.

Selon certaines études, l’inhalation, l’ingestion ou le contact régulier avec la peau mettent la santé de l’homme plus ou moins en danger en fonction des doses auxquelles il est exposé.

ARTICLE COMPLET :

http://www.bioetbienetre.fr/dioxyde-de-titane-l-empoisonnement-continue/ar290.html

Sous forme nanotec, c’est de la dynamite !

Les études se suivent et se ressemblent.

  • Dès 2003, les premiers soupçons sont apparus.
  • En 2006, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le dioxyde de titane cancérogène possible pour l’homme.
  • En 2007, la représentante de l’AFSSAPS a dit craindre des maladies auto-immunes conséquentes, à partir de phénomènes observés au niveau d’implants médicaux.
  • En 2009, plusieurs études ont montré que les nanoparticules pouvaient endommager l’ADN, sans même pénétrer dans les cellules. D’où un possible effet cancérigène.
  • En mars 2010, l’AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) a officiellement sonné l’alerte : « Le risque ne peut pas être évalué, il ne peut donc pas être exclu », et a recommandé d’agir sans attendre au nom du principe de précaution. Mais les lanceurs d’alerte, même publics, n’ont guère la cote chez les puissants lobbies.

Dioxyde de titane et amiante, même scénario

Quelques mois avant son décès, en 2011, le Professeur Jürg Tschopp en avait rajouté une grosse louche. Selon une étude qu’il a supervisée, les nanoparticules de dioxyde de titane produisent des effets similaires à ceux de deux autres irritants environnementaux bien connus : l’amiante et la silice. Comme eux, elles provoquent des inflammations pulmonaires et la production de molécules toxiques capables de s’attaquer à l’ADN, aux protéines et aux membranes cellulaires ; bref, tous les ingrédients pour fabriquer des cancers. « Il a fallu presque 100 ans et d’innombrables décès pour que l’amiante soit bannie » ont conclu les chercheurs… Courage : plus que 90 ans à tenir

ARTICLE COMPLET :

http://www.alternativesante.fr/additifs/le-dioxyde-de-titane-nanometrique-aussi-dangereux-que-l-amiante

QUELQUES CONSEILS PRATIQUES

Si vous manipulez de la peinture blanche, portez un masque et mettez des gants fins.

Vérifiez sa présence dans la composition des aliments. (E171)

Songez que la moindre petite plaie dans la bouche est une porte d’entrée. Brossez-vous plutôt les dents avec de l’argile ultra-fine naturelle parfumée à l’huile essentielle de menthe ou de citron si vous prenez de l’homéopathie ou préférez des dentifrices translucides. (Le dioxyde de titane, comme expliqué plus haut n’a aucune action blanchissante).

Faites attention aux crèmes contre l’érythème fessier du nourrisson : le dioxyde de titane est souvent associé au dioxyde de zinc (non toxique) et d’autres substances contre les pathologies irritatives de la peau. 

Selon le VIDAL, bible de la profession médicale :

Cas d’usage

En association aux carraghénates et à l’oxyde de zinc, le titane dioxyde est utilisé dans la prise en charge de :
  • anites,
  • hémorroïdes.
En association à l’oxyde de zinc, le titane dioxyde est utilisé dans la prise en charge de :
  • dermites irritatives,
  • érythèmes fessiers.

En association à l’oxyde de zinc et au baume du Pérou, le titane dioxyde est utilisé dans la prise en charge de brûlures du premier degré.

En association à l’oxyde de zinc et au zinc peroxyde, le titane dioxyde est utilisé dans la prise en charge de plaies superficielles et d’ulcérations.

(Ulcérations signifie que la barrière cutanée est détruite et que les nanoparticules d’oxyde de titane passent directement dans le système sanguin et lymphatique )

Pour les crèmes solaires, vous pouvez la fabriquer vous mêmes sans dioxyde de titane. Voir ICI.  C’est un petit investissement, mais aux prix du marché, vous récupérez vite votre mise.

Pour les fesses de vos bébés, en cas d’irritation, l’huile de calendula fonctionne très bien.  Non seulement elle apaise et réduit l’irritation mais elle fait momentanément barrière contre l’acidité des selles et des urines.

En résumé : Pas d’affolement, le stress est lui même d’une toxicité avérée pour l’organisme. Soyez juste conscients, vigilants et créatifs…

Galadriel

Articles similaires, enfin normalement...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *