Surprise ! Quel profil ont les membres des conseils d’administration des ONG ?

Cette édifiante enquête du Guardian, est indispensable à connaître à un moment de l’histoire où les ONG ont un poids énorme dans la géo-politique internationale. Je vous promets une prise de conscience salutaire ! Là, on est éjecté direct du monde des bisounours de la bienpensance formatée.

Si vous n’avez pas le temps, regardez au moins les graphiques. Les commentaires  en couleur sont de mon fait pour faciliter la lecture des non-anglophones, ceux en noir appartiennent à l’auteur.

Ainsi, vous ne vous étonnerez plus vraiment des propagandes et analyses qui s’appuient sur le témoignage de certaines grandes ONG dans les conflits et qui apparaissent contradictoires avec ceux d’autres personnes sur le terrain :  Je pense bien sûr à la Syrie, mais également à l’Irak, l’Afghanistan, Afrique  sub-saharienne, les pays d’Asie, etc… etc  

Vous ne vous étonnerez plus non plus des liens manifestes d’ ONG avec certains dirigeants ou groupes peu recommandables, ou encore certaines multinationales qui ne le sont pas plus. (cf Bill Gates/Monsanto dont nous vous avons parlé sur ce blog)

Vous ne serez plus surpris de leur poids politique et de leur instrumentalisation alors que leur rôle devrait rester strictement humanitaire, étant entendu que pour obtenir des autorisations d’opérer, certaines négociations avec les États sont nécessaires, négociations ne signifiant pas pour autant collusion, voire corruption de dirigeants ou manipulation politique souterraine des populations. 

Si j’osais pousser mon raisonnement un peu plus loin, et j’ose, car c’est ce que l’on peut en déduire de ce que sous-entend discrètement l’auteur :  Certaines ONG ne sont ni plus ni moins que des agents d’un colonialisme moderne planqué sous le masque de l’humanisme

Imaginez le levier que représentent de discrets commentaires et suggestions ciblés chez des personnes en demande de soutien soit financier, soit sanitaire et social ! Ce fut démontré notamment en Tunisie à propos du travail de fond réalisé auprès de sa population pauvre et peu cultivée par les organisations caritatives islamistes des Frères Musulmans (financées par les émirats wahhabites du Golfe) et qui a finit par les porter au pouvoir. (Pouvoir dont ils ont heureusement été éjectés, le peuple tunisien ayant une haute idée de la démocratie ). 

Cette manoeuvre est applicable dans tous pays du tiers-monde en état d’assistance, et il est fortement soupçonné qu’elle soit utilisée également par les ONG occidentales dans les cadres des « révolutions » qui ciblent les dirigeants gênants et plus largement pour les sombres projets de colonisation politico-économiques des grandes puissances sous un prétexte faussement idéaliste de « libération ».

Songez à l’Ukraine, au Proche et Moyen-Orient, a ce mouvement dit « La révolution des parapluies » à Hong Kong qui ciblait la Chine populaire, surgi d’on ne sait où et retombé dans les limbes de l’oubli, et même à la révolte Tchétchène à laquelle, selon certains analystes, G. Soros le grand marionnettiste ne serait pas étranger, étant entendu qu’on le retrouve à peu près dans tous les mauvais coups. (A son propos, je voudrais signaler qu’auprès de nombreux américains peu soucieux de géo-politique, G. Sorros passe pour un homme éminemment respectable, voir admirable pour ses actions de philanthropie.  Vous le savez, la première qualité du mal est la séduction.)

Je vous rappelle que la Russie  a mis une liste d’ONG sur liste noire, ce qui a fait monter nos journaleux sur leurs grands chevaux. On saisit mieux la raison de ce « blacklistage »(pardon pour cet anglicisme) à présent.

C’est remarquable que le Guardian mette ces éléments à jour. (A quand une enquête de ce genre dans un MMS français ?) Ce travail est statistique et donne une image générale des structures dirigeantes des ONG. Il n’a pas pour but de cibler telle ou telle organisation en particulier. L’intérêt est qu’elle rend beaucoup plus crédible les accusation qui sont portée contre certaines d’entre-elles et  vous pouvez compter sans vous tromper dans les ONG  douteuses : celles de Sorros, Bill Clinton, Bill Gates, MSF, CICR, celle-ci ne représentant que la partie émergée de l’énorme iceberg.

(Naturellement, je fais une séparation nette entre les équipes de base dévouées sur le terrain probablement ignorantes pour la plupart, et les décideurs de ces organismes)

Nous vivons dans une société terrible qui nous oblige à tout vérifier et tout contrôler, y compris les cibles de nos sentiments les plus élevés sous peine de manipulation.

C’est épuisant  et produit un effet pervers qui  est celui de ne faire qu’un grand sac en y jetant sans analyse le juste et l’injuste, le sain et le corrompu, et en fermant son esprit à tout élan compassionnel. C’est une tendance que l’on relève dans beaucoup de commentaires dans la blogosphère. En opérant ainsi, l’on contribue au durcissement de la société et l’on travaille pour l’ombre alors que l’on pense naïvement se dresser contre elle.

Galadriel

(NB : La traduction de cet article est faite avec un traducteur automatique, je n’ai pas le temps de la réviser. Tout ceci reste néanmoins très correct. Le mot board est traduit par conseil, c’est à dire le conseil dirigeant de l’ONG)

ÉTUDE STATISTIQUE SUR LA DIVERSITE ET L’INCLUSION DES  ADMINISTRATION DES ONG

Fairouz El Tom

Tuesday 7 May 2013 10.56 BST
First published on Tuesday 7 May 2013 10.56 BST

Les chiffres révèlent une nette disjonction entre le monde que les ONG cherchent à créer et le monde où leurs structures de gouvernance se reproduisent

La diversité et l’inclusion sont importantes pour presque toutes les organisations non gouvernementales. Dans quelle mesure les conseils d’ONG reflètent-ils adéquatement ces valeurs ou l’expérience et la diversité de celles-ci?
Pour savoir, j’ai regardé le Top 100 des ONG 2013. Publié annuellement, il s’agit d’une liste de ce que le Global Journal considère comme les ONG les plus performantes, novatrices et durables. J’ai choisi de travailler avec elle parce qu’elle fournissait un échantillon raisonnable.

NGO3

(Siège des ONG : 72% Europe et Amérique du Nord – 28% reste du monde)

 

(Niveau universitaire des membres du conseil. Ce qui apparait est que 94% des membres sont diplômés d’universités qui sont pour 75% occidentales.)

 

(Et voilà le plus énorme : Plus de la moitié des membres des conseils d’administration des ONG sont affiliés aux industries du tabac, des armes, de la finance.)

 

Composantes ethnique des conseils des dirigeants 

 

Voici une image miroir presque exacte entre le siège social des ONG et le lieu où vivent les personnes qu’elles servent. 72% des ONG ont leur siège social dans le monde occidental alors que 79% de leurs activités se déroulent dans le monde majoritaire

————————————————————————-

Pris en tant qu’organe, la plupart des ONG sondées travaillent pour des populations essentiellement non européennes et relativement peu scolarisées ; Elles favorisent également l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. Pourtant, leurs dirigeants sont principalement composés de diplômés occidentaux éduqués d’origine européenne.

De différentes manières, les ONG sondées favorisent les idéaux de justice et de progrès social.

Pourtant, plus de la moitié des membres du conseil d’administration sont affiliés à des entreprises qui investissent ou fournissent des services juridiques, de marketing ou autres aux industries des armes, du tabac et de la finance.

Analyse

Les chiffres révèlent une nette disjonction entre le monde que ces ONG cherchent à créer et le monde que leurs structures de gouvernance se reproduisent. En nommant des conseils qui sont principalement d’origine européenne, ils perpétuent des valeurs qui supposent que la «blancheur» est supérieure à la «noirceur» et les attitudes entachées Par un mythe occidental-sauveur. Le nombre très faible de membres africains est particulièrement troublant, car plus d’un tiers des projets ont lieu dans cette région.

La représentation des femmes peut sembler moins alarmante, mais le ratio femmes reste relativement faible. En outre, 65% des femmes membres du conseil d’administration sont d’origine européenne – chiffre qui s’élève à 75% parmi les ONG occidentales. Cela révèle l’importance de l’intersectionnalité; Si elles veulent être inclusives et diverses, par exemple, les ONG doivent tenir compte du genre et de l’appartenance ethnique.

Étant donné la composition ethnique des conseils, il n’est pas surprenant que la plupart des membres aient obtenu leur diplôme dans les universités occidentales. Bien que la valeur de l’enseignement supérieur et l’excellence de nombreuses universités occidentales soient indéniables, les ONG interrogées dépendent presque entièrement des paradigmes du savoir occidental, bien qu’elles travaillent dans de nombreuses régions du monde où d’autres systèmes de pensée sont fortement présents. Grâce à ce choix, ils excluent inévitablement les points de vue qui sont pertinents ou vitaux pour le travail qu’ils font ou les personnes qu’ils servent.

Leurs affiliations professionnelles soulèvent des incohérences similaires. Beaucoup se demandent si l’association avec les industries des armes et du tabac est compatible avec la promotion des idéaux de justice et de progrès social. Même si aucune position de principe n’est prise, les ONG doivent certainement expliquer comment l’association avec ces industries est compatible avec leurs objectifs.

L’association avec le secteur financier pourrait sembler plus défendable. Les conseils ont un devoir de surveillance financière, et bon nombre des ONG sondées gèrent de gros budgets. Ils ont néanmoins le devoir d’expliquer leurs choix, et la plupart ne le font pas.

La réputation du secteur bancaire a été fortement compromise par la conduite avide et irresponsable de nombreuses banques et maisons d’investissement dans la période avant et après l’accident de 2008. On ne peut pas affirmer de façon crédible que le secteur a démontré qu’il travaille à protéger les intérêts des groupes les moins favorisés de la société, qui sont les principaux constituants de la plupart des ONG énumérées. Ils devraient donc se demander si la nomination de nombreux cadres dirigeants et partenaires dans les grandes banques d’investissement et les hedge funds les aide à réaliser leur mission.

En tant qu’individus, bien sûr, les banquiers peuvent aussi être philanthropes. Il ne s’agit pas d’exclure complètement ces sources d’expertise économique. Ce qui est choquant est le nombre d’entre eux sur les conseils d’ONG, et l’absence flagrante de tant d’autres types d’expertise.

Conclusions

Les leaderships de ces ONG ont un profil social qui est au moins en contradiction, et probablement incompatible, avec leurs idéaux et leur mission. Certains préjugés sociaux étaient compréhensibles dans le contexte historique dans lequel s’est formé l’activisme international des ONG au siècle dernier; Que de temps est passé.

Si les ONG doivent parvenir à une diversité significative et représentative, elles doivent être plus transparentes, plus responsables et beaucoup plus ambitieuses. S’ils veulent réaliser leurs idéaux de justice et de réforme sociale dans le monde hautement mobile, diversifié et riche en information, ils doivent tirer parti des compétences et de l’expérience de partout dans le monde. Pour faire leur travail, leurs conseils doivent être suffisamment diversifiés, représentatifs et bien informés: à l’heure actuelle, les ONG sondées manquent manifestement de trois points de vue.

Fairouz El Tom est directeur créatif de Plain Sense à Genève et dirige des projets indépendants sur des questions liées à la diversité et à l’altérité.

Elle tweets à @ onrelating.

Ce contenu est apporté à vous par Guardian Professional. Pour obtenir plus d’articles comme celui-ci directement dans votre boîte de réception, inscrivez-vous gratuitement pour devenir membre du Global Development Professionals Network

ARTICLE ORIGINAL :

https://www.theguardian.com/global-development-professionals-network/2013/apr/29/diversity-inclusion-ngo-board

 

 

CET ARTICLE EST UN ARTICLE EXCLUSIF. EN CAS DE PARTAGE, MERCI DE CITER LES BRINDHERBES COMME SOURCE.

 

 

Articles similaires, enfin normalement...

Commentaires sont clos