Santé : Une simple prise de sang pourrait détecter le cancer du poumon

Important lorsque l’on sait que le cancer du poumon est le plus répandu des cancers dans le monde et qu’il est quasiment indétectable avant d’être sérieusement installé.

Le réflexe premier est de penser aux fumeurs, mais c’est un raccourci erroné. Sont responsables principalement la cigarette bien sûr, mais la pollution aux métaux lourds via les particules fines, répandues dans l’air par les rejets des pots d’échappement, les vapeurs des produits chimiques, et toutes les expositions professionnelles, du ciment à la farine en passant par l’abrasion de certains métaux, l’extraction minière et bien d’autres encore. La pollution de l’environnement ne joue pas seulement un rôle direct. En nous agressant en permanence elle favorise un état irritatif quasiment permanent des bronches. L’on se moque des asiatiques qui sortent avec des masques, mais nous serions peut-être avisés d’en faire autant au moins dans les grandes mégapoles et de réfléchir sur la question de promener les enfants dans des poussettes à hauteur des émanations toxiques des véhicules !

C’est une première mondiale. Une équipe de chercheurs niçois a annoncé vendredi une avancée majeure dans le dépistage du cancer du poumon.

Selon les travaux de l’équipe du professeur Paul Hofman, du centre hospitalier universitaire de Nice et du centre de recherche de l’Inserm de l’Université de Nice Sophia-Antipolis, grâce à une prise de sang, il est désormais possible de détecter, dans une population à risques de patients fortement fumeurs, un cancer du poumon, alors même que la radiographie ne révèle aucun symptôme.

L’alerte pourrait ainsi jouer un rôle-clé dans la précocité de l’intervention chirurgicale, permettant ainsi, selon l’équipe médicale de « viser l’éradication du cancer ».

« Lorsque l’on diagnostique un cancer du poumon, dans 85 % des cas nous en sommes déjà à un stade non opérable. Cette avancée va permettre de faire entrer plus de patients dans une chirurgie précoce », explique le professeur Paul Hofman.

Ce dernier ajoute néanmoins que ces tests ne seront pas disponibles avant quatre à cinq ans. En attendant, une étude nationale va être menée.

SOURCE : http://m.zinfos974.com/

VIA : http://www.amessi.org/une-simple-prise-de-sang-pourrait-detecter-le-cancer-du-poumon

VIDEO EXPLICATIVE :

Commentaires sont clos