Humain d’abord. Quand la politique s’adresse à nous sur un autre ton..

Je vous prie d’écouter  au moins les quelques premières minutes de ce discours. Vous verrez, il est assez inhabituel à nos oreilles. 

De même que je ne manque pas de relayer François Asselineau de l’UPR lorsqu’il me semble que ses propos sont une base intéressante de réflexion, de même, ce discours de JLM à Boulogne mérite qu’on lui accorde de l’attention.  Il est vrai que JLM est un lettré, qu’il sait manier les mots, mais il le fait, je crois avec sincérité. Lui nous parle de nous, les gens, avec des vrais mots, des mots qui vibrent à un niveau autre que celui du dessous de la ceinture politique, et c’est suffisamment rare pour être souligné.

Je ne me suis pas placée sur un plan politique dans mon choix, mais sur celui de l’humanisme, (le vrai, pas celui des discours qui servent à justifier les guerres) cet l’humanisme qui est devenu une denrée rare dans les couloirs de la politique française et que les batraciens du pouvoir appellent avec un mépris insupportable « populisme » en mettant dans le même sac des éléments les plus contradictoires,  du moment qu’il s’opposent à LEUR points de vue.

Asselineau, comme JLM partent de l’idée qu’avec de vraies convictions et le soutien du peuple,  il est possible de modifier le système. (L’un est plutôt libéral, l’autre non). D’autres pensent qu’il est non réformable et appellent à la révolution.  Le choix est compliqué. Une chose est certaine, ça ne peut plus durer ainsi (1)

Galadriel

(1) A propos : Un sans-abri sur dix est diplômé de l’enseignement supérieur

Commentaires sont clos