LE CHOIX DES ARMES

Voici une excellente chronique  à lire absolument, qui au travers et au-delà de l’affaire Syrienne interroge sur la valeur du mot « armes » selon ceux qui les utilisent…

________________________________________________________

Il y a eu beaucoup de bruit dans la presse dernièrement sur l’utilisation « présumée » d’armes chimiques par les forces gouvernementales syriennes contre les soi-disant « rebelles ». Non seulement ces rebelles sont soutenus, formés et financés par les intérêts occidentaux, mais ils comprennent également des membres d’al-Qaïda, qui ‒ jusqu’à l’année dernière ‒ étaient les ennemis jurés de ces mêmes intérêts occidentaux. Plutôt bizarre, vous ne trouvez pas ?

Quiconque lit les pages Sott régulièrement aura maintenant compris qu’il est probable que les rebelles soutenus par l’Occident soient responsables de l‘attaque qui nous est décrite dans les médias. Mais certains lecteurs peuvent ne pas être au courant qu’il existe également des preuves pour suggérer que des armes chimiques n’ont même pas été utilisées dans l’attaque.

Bien sûr, aucun de ces faits ne semblent déranger les médias mainstream, qui se contentent de répéter comme un perroquet les mensonges de l’administration appelant à une attaque états-unienne contre la Syrie.

Bibi

« La ligne rouge devrait être établie ici… »
Déclaration de Benjamin Netanyahu
à la 67e Assemblée générale de l’ONU, le 18 septembre 2012.

Mon hypothèse est que tout ce récent brouhaha dans les médias se résume en fin de compte aux machinations d’Israël, impatient d’attaquer la Syrie ‒ indépendamment de l’aide internationale ‒ et qui utilise son valet états-unien pour faire le sale boulot.

Ce qui me fait grincer des dents ‒ outre l’imminence possible de la Troisième Guerre mondiale ‒ c’est la supposition tacite et acceptée que « les armes chimiques » seraient en quelque sorte pires ou plus horribles que les armes dites conventionnelles, ou que tout autre type d’armes d’ailleurs.

Car il m’est apparu que c’est « l’intention » derrière l’arme ‒ le désir d’infliger de la violence à un autre être humain ‒ qui se trouve parmi les véritables horreurs de la guerre, et est à l’origine de cette situation et de tout conflit, indépendamment des moyens utilisés.

Est-il vraiment préférable de mourir des effets d’une bombe à fragmentation plutôt que de ceux d’une bombe au gaz sarin ?

Est-il plus humain de saigner à mort après avoir été soufflé par un missile de croisière Tomahawk ou est-il plus humain de souffrir et de mourir la chair carbonisée par du Napalm ?

Si l’on envoyait votre unique enfant mourir dans une nouvelle guerre illégale, serait-il vraiment important qu’il ait été tué par un IED [EEI : engin explosif improvisé – N.D.T.] ou par du phosphore blanc ?

bombs

Seul un psychopathe ou un individu ponérisé par la pensée psychopathique peut raisonnablement affirmer que seules certaines armes sont odieuses, tandis que d’autres sont des moyens acceptables de mutiler et d’anéantir l’ennemi. Quelle absurde logique, n’est-ce pas !

Il n’est pas vraiment important de savoir quel type d’arme est utilisé si la douleur, la souffrance et la mort en sont le résultat. L’issue est la même, et seuls les instruments utilisés pour y parvenir sont différents.

L’Oxford English Dictionary définit le mot « arme » comme : « une chose conçue ou utilisée pour infliger des lésions corporelles ou des dommages physiques ».

Notez qu’il y a deux catégories d’armes ici ; une chose utilisée pour infliger des blessures et une chose conçue pour infliger des blessures.

La première catégorie pourrait inclure non seulement des armes conventionnelles comme des fusils et des bombes, mais littéralement tout ce qui peut être imaginable. On pourrait étrangler quelqu’un avec un marshmallow stratégiquement placé dans la gorge et incliné dans le bon sens. Des mains nues peuvent être considérées comme une arme si elles sont utilisées de la bonne manière.

Donc, pris dans ce sens, tout objet inanimé ne devient pas une « arme » à moins qu’il ne soit accompagné de l’intention d’infliger des blessures à une autre personne et de l’action visant à poursuivre le processus jusqu’à son terme.

La deuxième catégorie comprend les dispositifs qui ont été conçus uniquement pour infliger des blessures, dont la seule fonction inhérente est de causer douleur et souffrance, et qui n’ont d’autre but que de tuer.

Il est difficile d’imaginer un autre usage pour une baïonnette, des mines ou des bombes à hydrogène, que celui du meurtre de ceux que l’on perçoit comme des ennemis.

Et c’est là que réside le problème ; avec ceux que l’on perçoit comme des ennemis. Tout au long de l’histoire, nous avons été hypnotisés – encore et encore – de façon à percevoir ceux qui sont différents de nous comme « l’autre », celui qui est moins qu’humain, et dont on peut se passer à juste titre.

white phosphorous

À travers l’utilisation réussie de la propagande à répétition – que ce soit la couleur de peau, les convictions politiques ou la religion – les pouvoirs en place nous ont lavé le cerveau pour que nous fassions le sale boulot à leur place. Nous gobons leurs mensonges et nous envoyons nos précieux enfants en terres étrangères pour tuer ceux qui sont considérés comme des « ennemis » par nos dirigeants psychopathes.

Tout cela parce que nous avons cru à l’illusion que des frontières imaginaires ont en quelque sorte un sens réel, et nous nous identifions si fortement à ces frontières imaginaires que nous sommes prêts à sacrifier nos vies parce que certains étrangers ailleurs ont prétendument blessé des étrangers de notre bord.

Car c’est le commun des mortels – l’être humain moyen de part et d’autre de tout conflit – dont le seul désir est de vivre une vie de paix et de confort relatif, qui, aux yeux de nos dirigeants psychopathes, peut être sacrifié à loisir.

Vous ne voyez pas les rois et les présidents se précipiter vers les lignes de front pour défendre l’honneur et la liberté de la patrie. Ces délimitations arbitraires de race et de religion n’ont pas de sens pour eux. Nous sommes de la chair à canon, des pions interchangeables dans leurs jeux de pouvoir et de contrôle.

L’ennemie du psychopathe, c’est l’humanité elle-même, et par conséquent, les valeurs de compassion et d’empathie que portent la véritable humanité doivent être éteintes à tout prix.

Pour prendre la situation récente en Syrie comme exemple – et si les rapports indépendants sont vrais – une « guerre civile » qui a fait plus de cent mille civils blessés et tués est en cours là-bas depuis au moins deux ans.

Outre le fait que cette guerre civile a été entièrement soutenue par les puissances occidentales à la demande d’Israël, ce n’est que lorsque des armes chimiques ont été « prétendument utilisées » qu’un tollé international s’est déchaîné dans les médias mainstream afin de réclamer une intervention militaire dans la région.

Mon problème, c’est la pure hypocrisie qui consiste à accepter la légitimité des attaques de drones états-uniennes comme armes de guerre humanitaires, par opposition au tabou inadmissible d’une attaque chimique. C’est une folie d’accepter une forme de tuerie aveugle plutôt qu’une autre.

L’expression « crime de guerre » ne veut rien dire.

La guerre est un crime, un point c’est tout.

Choisir consciemment de nuire à un autre être humain est le crime le plus grave qui puisse être commis contre l’âme, et les moyens par lesquels ce but est atteint n’absoudront jamais la responsabilité d’un tel acte.

Post-scriptum

Nous vivons dans un mobile home à la campagne, et de temps en temps, nous voyons un ours descendre des montagnes à la recherche de nourriture. Nous avons acheté un spray au poivre que nous gardons à portée de main, juste par précaution. Mais, si vous y réfléchissez, le spray au poivre est une sorte d’arme chimique, et nous espérons que cet aveu n’incitera pas le gouvernement états-unien à lancer une frappe stratégique – mais tactiquement limitée à notre maison. Même si je l’en crois tout à fait capable.

Timothy C. Trepanier pour Sott.net

Commentaires sont clos