Savoir, Comprendre , Connaître

Savoir, Comprendre , Connaître

 

toth

Toth l’Égyptien, Dieu de la Connaissance…

 

Voici trois termes dont il convient d’avoir une idée précise afin de parcourir avec le moins d’illusions possibles notre chemin. A mon sens, ces trois étapes sont incontournables pour l’Homme dans sa relation à son environnement, matériel, relationnel comme spirituel.

Quand nous sommes confrontés à la Vie, nous commençons par la première étape, le Savoir. le « Ça Voir ». La langue des Oiseaux nous enseigne parfaitement ce dont il s’agit. Nous avons vu quelque chose mais cela reste inconnu, nous sommes comme l’enfant, tantôt curieux, tantôt peureux. C’est un étage parfait pour les croyances les dogmes, un terreau fertile puisqu’il joue avec nos désirs et nos peurs. Nous savons, certes mais si nous essayons de partager cela, c’est très incomplet et peut-être dangereux selon le sujet. D’ailleurs, pour rester dans la Langue des Oiseaux, on voit bien la dangerosité du « Savoir » quand il est partagé puisque « je sais » devient « nous savons » et que le savon et bien, ça glisse dangereusement et que nous risquons la chute en glissant ! A rechercher d’ailleurs plus précisément le lien entre cette chute, initiée par le « savons-savon » et l’histoire de la chute de Lucifer, l’Ange qui défia Dieu …

Si nous passons l’écueil du « Savons » , le Savoir peut devenir Compréhension (tout un chacun sait à quel point il est dur d’attraper un savon !). Compréhension veut bien dire « prendre avec ». Ici, la Vie répond soit à notre curiosité, soit se joue de nous puisque cela peut être le désir qui devient moteur malgré nous de l’apprentissage ou la peur qui nous bloque. Quoi qu’il en soit, nous pouvons à présent prendre avec nous ce que nous avons vu et l’expérimenter. A cet étage, le partage est encore difficile car toujours incomplet, l’expérimentation étant en cours. D’ailleurs, le risque est plutôt inverse au partage puisque la Compréhension devient objet de pouvoir sur les autres. Cette expérience dure tant qu’elle ne nous transforme pas. Nous la portons avec nous mais pas encore en nous.

Quand nous arrivons au stade où l’expérimentation nous transforme (le préfixe « trans- » veut dire changement, au-delà de, de l’autre côté),  mourant à ce que nous étions pour devenir autre, notre forme a changé. Il s’agit alors de Connaissance, de Co-naissance, Naître avec. Nous portons en nous tout le chemin qui a transformé un savoir en une connaissance; nous avons une vision suffisamment complète de l’expérience. Alors le partage devient possible… Néanmoins, il ne nous exonère aucunement de la responsabilité d’être un porteur de Connaissance. Comme cela est exprimé dans l’allégorie de la Caverne de Platon.

Ce chemin en trois étapes se vérifie tant dans l’intellect que dans la maîtrise du corps ou les relations. On peut aisément le retrouver ne serait-ce que dans la manière dont sont présentées les choses ici dans ce monde : la Sagesse est bien ce que l’on voit, lit, écoute, elle est extérieure; en second, l’Esprit, notre expérience du monde est bien le fait de comprendre le premier monde de la sagesse extérieure qui nous précède et comment nous l’assimilons intérieurement et enfin, la Co-naissance, jusque dans notre corps est la preuve dans notre comportement que nous avons intégré tant la sagesse que nos réflexions pour incarner l’Esprit. Nous rayonnons alors cette Connaissance afin de permettre à d’autres de franchir à leur tour les trois étapes, nous devenons un messager apte à diffuser la connaissance.

dalai-lama

La manière dont les humains vivent en couple est également un exemple fabuleux de ces trois étapes initiatiques. Le couple n’est durable qu’à l’étage de la Co-naissance puisque à chaque jour, nous naissons l’un à l’autre, renouvelant sans cesse la magie qui unit deux Êtres, deux Consciences… Sans cette Co-naissance, nous pouvons nous prendre, nous voir mais cela n’est qu’éphémère … perdus dans des luttes pour changer l’autre, avoir du pouvoir sur elle/lui…

Il est d’ailleurs curieux de voir comment notre société a inversé ces trois étapes, le Savoir étant une des valeurs les plus reconnues et nos plus grands érudits, des « Savants » (des « Ça-vent » = ceci est du vent ! et donc finalement pas grand chose….)  et puisque bien souvent, on connaît des gens, comprends nos amis et nous sommes les seuls à voir notre conjoint dans le plus simple appareil. Cela me fait penser au film Avatar où si l’explication et la force de la relation entre les deux héros sont belles, le summum de la relation entre deux personnes est exprimé par la phrase « Je te vois »…

à cela, je préfère à présent « Je te connais » !

Articles similaires, enfin normalement...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *