Réflexion : Renoncer à lire l’actualité rendrait-il plus heureux?

Bonne question !

Cet article a l’intérêt de mettre les pieds dans le plat. Des fois je me demande effectivement, à quoi bon s’informer autant de tout ce qui se passe dans le monde? Cela nous apporte-t-il réellement une forme de connaissance? Une sagesse? Le besoin de savoir les horreurs qui ont cours à l’autre bout du globe apporte-t-il un quelconque plus dans nos vies? 

Si non, pourquoi le faisons-nous? Ceux que ça n’intéressent pas sont-ils plus heureux que les autres? Avez-vous déjà regretté votre éveil politique? Ce sont des questions qui méritent d’être posées.

D’un côté, certains thèmes de fonds sont un réel plus dans nos vies. Savoir par exemple que la médecine allopathique est complètement à côté de ses pompes et que la nature pourvoit à nos besoins dans l’immense majorité des cas peut réellement améliorer nos vies et celles de nos proches. Pour le reste, c’est très variable.
D’un autre côté, on peut aussi se dire que renoncer à s’informer arrangerait bien nos gouvernements car un peuple mal informé est un peuple plus malléable et faire la sourde oreille est une forme de lâcheté mais à quoi bon nous indigner derrière nos écrans s’il n’y a pas de remise en cause ou d’actions concrètes dans nos vies? De nos jours, le statu quo est garantie par une profonde inégalité dans la conscience politique des populations. Pendant que certains sont très/trop informés, la grande majorité le sont peu ou très mal. Donc pendant que certains se prennent la tête à gérer une réalité qui les dépassent, d’autres en restent à une vision étriquée de l’actualité. 

Cette même presse mise et vie d’ailleurs de cette vision éclatée et compartimentée de l’information. Les brèves formatées en pagaille et les articles de propagande visant à propager la bonne parole ont depuis longtemps pris le pas sur les articles de fond et l’investigation honnête. La recherche de la vérité, n’est plus secondaire, elle est devenue quasiment inexistante dans bien des cas.
Au final, les nouvelles peuvent s’avérer toxiques pour chacun d’entre nous. Dans les médias de masse, la surabondance de nouvelles empêchent les gens de comprendre les infos essentielles. On nous fait croire également que le fait divers du coin doit forcément avoir plus d’importance à nos yeux qu’un événement historique à l’autre bout du monde. Tout est biaisé. 
Dans le circuit alternatif, le constat n’est pas tout rose non plus. Une prise de conscience globale amène quasiment invariablement à un rejet massif de notre société décadente. Qui peut accepter moralement que nos gouvernements hypocrites en soutiennent d’autres qui massacrent des civils? (quand ce ne sont pas eux-même qui sont à la manœuvre via le terrorisme d’état) Ceux qui ne passent pas par cette phase de rejet acceptent alors ces nouvelles comme une fatalité et s’ensuit une certaine banalisation des atrocités au quotidien qui finit par nous déshumaniser. De même, la propension au catastrophisme devient quasiment généralisée comme si en fin de compte, la coupe était pleine.
Alors, renoncer à lire l’actualité rendrait-il plus heureux? Grande question…
A chacun d’y répondre.
Fawkes
 
******
D’après Rolf Dobelli, les nouvelles sont mauvaises pour la santé. Pas toutes, mais beaucoup, comme il le dit, conduisent à la peur et à l’agression, entravent la créativité et la capacité à réfléchir profondément, c’est pourquoi il recommande de renoncer à lire l’actualité. 
Dans un article publié dans The Guardian, l’écrivain Rolf Dobelli souligne que seulement maintenant certains commencent à reconnaître à quel point la surabondance de nouvelles que nous fournissent les médias peuvent être «toxiques».   
En ce sens, Dobelli compare ce phénomène au fait que, il y a quelques décennies l’humanité a pris conscience du fait que trop manger entraînait un risque d’obésité ou de diabète. Et elle a commencé à changer de régime alimentaire en abandonnant des aliments moins sains.
« Mais la plupart d’entre nous ne comprennent toujours pas que les nouvelles sont à notre esprit ce que le sucre est pour le corps. Les nouvelles sont faciles à digérer  » (Ndt: mouais ça dépends lesquelles, certaines nouvelles peuvent être toxiques aussi à cet égard), écrit-il.
Dobelli souligne certaines des raisons qui font que les nouvelles sont nocives pour la santé humaine:
« Les nouvelles n’ont pas de pouvoir explicatif. Les articles et nouvelles sont comme des bulles qui explosent à la surface d’un monde qui devient de plus en plus profond. L’accumulation de faits vous aidera-t-il à comprendre le monde? Malheureusement, non, » dit-il.
« Les nouvelles sont toxique pour le corps. Les rapports des médias obligent constamment à activer le système limbique. Les histoires d’horreur stimulent la libération de glucocorticoïdes (cortisol), qui dérègle le système immunitaire. Cela signifie que le corps est en état de stress chronique. des niveaux élevés de glucocorticoïdes entraînent une altération de la digestion, une absence de croissance (cellule, cheveux, os), de la nervosité une susceptibilité aux infections. D’autres effets secondaires possibles comprennent la peur, l’agressivité, la diminution de la vision et la désensibilisation « .
 

 
 
« Les nouvelles augmentent les erreurs cognitives. Warren Buffett a déclaré: » Ce que l’être humain fait de mieux est d’interpréter les nouvelles informations afin que leurs conclusions précédentes restent intactes. » Les nouvelles exacerbent ce défaut, nous devenons enclins à l’excès de confiance, à prendre des risques stupides et évaluons mal les opportunités ».
 » Les nouvelles entravent la pensée. Le processus de pensée exige de la concentration. La concentration nécessite du temps ininterrompu. Mais les nouvelles sont spécifiquement conçus pour l’interrompre. Ils sont comme des virus qui volent l’attention pour leurs propres comptes. Les nouvelles font de nous rend des penseurs superficiels, pire cela affecte gravement la mémoire « .

 

« Les Nouvelles sont comme une drogue. Les histoires se déroulent et on veut savoir comment cela se termine. Avec des centaines d’idées arbitraires dans nos têtes, ce désir est de plus en plus urgent et plus difficile à ignorer. » 
 
« Les nouvelles volent notre temps. Si vous lisez le journal pendant 15 minutes chaque matin. Après nous passons en revue les nouvelles pendant 15 minutes au déjeuner et encore 15 minutes avant l’heure du coucher, ainsi que des nouvelles de temps en temps au travail il se trouve que nous perdons au moins une demi-journée chaque semaine « .


« Les nouvelles rendent les gens passifs. La majorité écrasante des nouvelles sont des choses pour lesquelles nous n’avons aucune influence. La répétition quotidienne de nouvelles réalités sur lesquelles nous ne pouvons pas agir nous rend passif. Cela nous affecte jusqu’à ce que nous adoptions une vue plus pessimiste du monde qui nous rend insensible, sarcastique et fataliste « . 
 
« Les nouvelles tuent la créativité. Les choses que nous savons limitent notre créativité. Ceci est une des raisons pour lesquelles les mathématiciens, les romanciers, les compositeurs et les entrepreneurs produisent souvent plus de leur travail de création à un jeune âge. Leurs cerveaux avait suffisamment d’espace « inhabité » qui leur permettait de trouver de nouvelles idées « .


Pendant ce temps, l’auteur de la publication soutient que «la société a besoin du journalisme, mais d’une manière différente. » Dans ce contexte, dit-il, le journalisme d’investigation »est toujours pertinent. » « Nous avons besoin de renseignements pour surveiller nos institutions et découvrir la vérité, » dit-il.

 
Source: RT
 
Traduction: Fawkes News
http://fawkes-news.blogspot.fr/2014/11/renoncer-lire-lactualite-rendrait-il.html