Soigner la terre, c’est soigner l’homme !

Soigner la terre, c’est soigner l’homme ! Professeur JOYEUX

  J’étais la semaine dernière avec Pierre Rabhi en conférence à l’Ecole d’Ingénieurs de Purpan à Toulouse où nous avons donné ensemble deux conférences, l’une aux élèves ingénieurs, l’autre au grand public très nombreux.

Plusieurs élèves m’ont alerté du fait que le mot « agriculture » a disparu du titre de l’Ecole. Elle s’appelait, il n’y a pas si longtemps quand les jésuites étaient encore présents, « École supérieure d’Agriculture de Purpan ».

L’Agriculteur devenant le premier acteur de Santé, il est urgent que l’Agriculture prenne sa vraie place.

J’ai beaucoup appris de Pierre Rabhi comme d’habitude et des nombreuses questions des élèves et du grand public. Voici les questions les plus pertinentes que nous avons reçues dont les réponses méritent d’être largement diffusées.

 

Notre alimentation et les maladies développées

Le lien entre notre alimentation et les maladies développées dans notre société est-il scientifiquement prouvé, et le cas échéant, dans quelle mesure ?

Il est démontré que 48 à 50% des cancers sont liés à de mauvaises habitudes alimentaires qui réduisent nos défenses immunitaires. Evidemment l’alimentation, la sur-nutrition, n’est pas seule en cause. Il y a le tabac, les pollutions, les perturbateurs endocriniens (le premier étant évidemment la pilule – mais personne n’ose le dire- et les traitements hormonaux de la ménopause). Le stress surtout chronique joue aussi un rôle néfaste car il diminue nos défenses.

Nous sommes noyés de patients atteints de cancer à tous les niveaux de l’organisme, de maladies auto-immunes qui peuvent toucher selon les susceptibilités génétiques tous les organes : la thyroïde avec la thyroïdite ; le tube digestif avec la maladie de Crohn et la rectocolite ulcéro-hémorragique avec toutes leurs complications articulaires, oculaires, cutanées ; les maladies de peau avec le lupus et la sclérodermie ; les maladies rhumatismales avec la spondylarthrite ankylosante, les polyarthrites et même les maladies neurologiques avec Sclérose en Plaques (SEP), Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), Alzheimer et Parkinson ; les maladies musculaires et tendineuses (Fibromyalgie, Myosites et Tendinites)…

Bref il est logique que notre organisme réponde à sa façon à toutes les intoxications liées à de mauvais comportements alimentaires et qui concernent notre vie quotidienne. Les allergies et intolérances alimentaires actuellement sont légion y compris chez les enfants. Les vaccinations trop nombreuses et trop précoces sont en cause, mais ne le dites à personne vous seriez taxés d’être anti vaccins ce qui n’est pas vrai.

Les comportements alimentaires

Au fil de votre parcours, qu’avez-vous observé dans les comportements alimentaires de notre société, que vous déconseillez absolument ?

D’abord une prise de conscience. Le grand public, toutes les générations confondues, sait maintenant que nos habitudes alimentaires associées à d’autres comportements de vie sont à la base de notre santé.

C’est pourquoi il y a tant de monde dans les conférences et tant d’émissions audio-visuelles sur les sujets de santé. Le danger c’est que la plupart des émissions de santé dirigées par des médecins, plus propagandistes qu’hommes ou femmes de santé, sont sponsorisées astucieusement par les lobbies de l’agroalimentaire et des laboratoires pharmaceutiques.

Je m’aperçois qu’un journaliste, qui est aussi médecin et fait semblant d’être à l’hôpital quelques heures par semaine est une des personnalités préférée des Français. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il parle de santé et qu’il donne des conseils qui font plaisir et ne bousculent pas les habitudes.

Son objectif principal n’est pas la Santé, mais donner plus de plasir et pousser à la consommation. Or ce qu’il faut bien comprendre c’est que le vrai plaisir est synonyme de notre santé, pas du business des labos ou de l’industrie agro-alimentaire.

Nous consommons 80% de produits animaux et 20% de végétaux. Il faut inverser ce rapport et nous serons en bien meilleure santé. Nous devons choisir surtout des produits issus d’une agriculture de qualité, biologique, biodynamique, permaculture, agroforesterie pour mieux produire, mieux manger, mieux vivre. C’est le bonheur.

Les trois règles en matière d’alimentation

S’il y a trois règles de base à respecter en matière d’alimentation pour conserver une bonne santé, quelles sont-elles ?

1. Mastiquez longuement tout ce que nous mettons dans notre palais des saveurs. Chaque bouchée doit être mastiquée au moins 20 fois, idélament 35 fois. On stimule ainsi le goût et l’odorat. N’oubliez pas que vous refaites les papilles de votre langue tout les 10 jours et votre odorat tout les trois mois. Les premiers signes de l’Alzheimer et du Parkinson, bien avant perte de mémoire et tremblements sont la diminution du goût et de l’odorat. Leur stimulation est donc nécessaire.

2. Moins de produits laitiers de vache (ils contiennent trop de lactose, trop de calcium et trop de facteurs de croissances), moins de viandes rouges et charcuteries (ils contiennent trop d’acides gras saturés et de sel) à remplacer par poissons, fruits de mer et viandes blanches.

3. Plus de fruits frais, de légumes, de légumineuses et de céréales issues d’une Agriculture Biologique de proximité. Si la cuisson est nécessaire, celle qui est la meilleure pour les goûts et la santé est la cuisson à la vapeur douce, avec un cuit-vapeur ayant un grand compartiment inférieur, à un seul étage avec des trous de 0,7 mm pour laisser passer largement la vapeur, et dont le couvercle est bombé. C’est la plus courte et la plus saine de toutes les cuissons si elle est bien pratiquée. Elle ne dépasse pas 95°C, conserve les meilleurs nutriments et élimine les produits toxiques.

Pour aller plus loin

Soigner la terre, c’est soigner l’homme !

 

La Lettre du Professeur Joyeux est un service d’information santé indépendant, spécialisé dans la prévention des maladies auprès du grand public et des familles. Inscription gratuite : cliquez ici.

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.