Les propos du Pape sur la théorie du genre enseignée en France réactive la polémique

La polémique réapparait après que le pape François ait accusé les manuels scolaire français de propager « un sournois endoctrinement de la théorie du genre » dans ses programmes de SVT.

Comme vous l’aurez noté, ce blog défend ardemment le respect ,  la compassion et la tolérance de l’autre quelque soit son aspect, ses origines, ses orientations religieuses ou sexuelles.

Ce qui compte, essentiellement est la personne, l’individu et ce qu’il manifeste de lui-même et non les cases dans lesquelles il est enfermé par la société.  C’est de mon point de vue ce qui devrait être effectivement enseigné dans une école citoyenne.

Mais l’Éducation Nationale ne surpasse-t-elle pas ses droits en s’attribuant un rôle normalement réservé à l’éducation parentale et en choisissant l’orientation de certains sujets à notre place ?  Pourquoi devrions-nous déléguer à cette institution le droit d’imprégner l’esprit de nos enfants de notions et principes que nous réprouvons ? 

La question est très compliquée. Elle a été réglée  de la même manière que de coutume : Pas de vraie réflexion apaisée. Vous êtes pour, vous êtes les bons, évolués, et modernes, vous êtes contre, forcément vous êtes dans le camp des fachos rétrogrades.

Je crois que ce problème est grave en ce qu’il heurte la liberté de conscience des parents. Je connais moult personnes de mon entourage qui ont des relations sans problème et sans arrière-pensée avec des LGBT, mais qui pour autant ne sont pas du tout d’accord avec le fait que ce sujet rentre dans le cursus scolaire.  Rien de facho ni de rétrograde.

Pourquoi faire d’un sujet de société somme toute marginal un thème d’enseignement ? Les cours de SVT ont des sujets à traiter à l’infini pour la lutte pour l’environnement, la solidarité, les alternatives, mille thèmes pour ouvrir l’esprit des élèves et les stimuler à penser et bâtir de concert une société durable plus juste et plus humaine.

Ce qui interroge c’est la question de ce choix de l’Education Nationale. Il est vrai que l’ostracisme est une plaie à l’école  tout est prétexte à mise à l’écart et à moqueries blessantes :  les roux, les obèses, les acnéiques, les pratiquants religieux, les noirs, bronzé, jaunes, rouges, ceux qui bégaient, les handicapés, etc… Les gamins sont souvent d’une cruauté imbécile face à ceux qui sont différents. Qu’il y ait une lutte globale contre ce problème à peu près tout le monde sera d’accord. Mais pourquoi mettre en lumière à ce point cet ostracisme là ? 

Le fait que des enfants arrivent en 6ème sans maîtrise de la lecture, de l’écriture et du calcul de base  me semble un problème fondamental urgentissime. Sans ces maîtrises tout le cursus scolaire qui suit devient une véritable torture pour l’enfant. Qu’il sache en détail et en long et large tout sur le sexe, les LGBT et la théorie du genre me semble beaucoup moins indispensable. Mais finalement, peut-être est-ce parce que je suis une rétrograde..

Galadriel

Pour NVB, il n’y a pas d’enseignement de la théorie du genre à l’école. C’est un fantasme de conservateurs arriérés.

Pour vous faire une idée, un article de 2014, en pleine polémique, donc à prendre avec précaution, les choses ont pu évoluer depuis, mais j’ai un doute…

Théorie du genre: 30 livres conseillés par le ministère de l’éducation pour « l’égalité entre filles et garçons »

 

Commentaires sont clos